LE CHEMIN

Reflets sur la route


​Muette...
juste écouter
le chant du silence

 

BlancAquarelle de Jacqueline Giran - Blanc silence


 

Nuages d’été
ils ont le craquant pulpeux
des grenades

 

GrenadesAquarelle de Jacqueline Giran - Grenades



Soleil de midi
l’ombre des platanes
berce ma sieste


LavandeAquarelle de Jacqueline Giran - Bastide provençale
 

****

 

Sente herbeuse
ciel et mer rejoints
au bout du chemin

*

Carnet de poche
le crayon noir se souvient
des couleurs de la route

*

Mon chemin rejoint
le bleu éphémère
des fleurs de lin

*
La plage nue
juste un ruban de coquillages
et de bois flotté

*

Mur du son
rien ne stoppe le galop
des nuages

*

Par le hublot
comme elle tangue la falaise
à l’appel du vent !

*

Au détour d’un virage
le Mistral rattrape
ma petite voiture

*

Dans la neige fraîche
une montagne de souvenirs
à enterrer

*

Rue déserte
le vent  jouera-t-il tout seul
au Père Noël ?

*

Nul dans la nuit
juste une étoile
pour m’accueillir

*

Nuit claire de juin
au bord du puits la grenouille
compte les étoiles

*

Chemin d’azur
au bord du ciel s’engage
un chant d’alouette

*

Le jour le plus long
le chant du merle noir
agrandit le ciel

*

Pause en chemin
à pleins poumons
 aspirant le ciel

*

Hiver sans neige
la lune pâlit
pourtant

*

Pris au piège
des grands pins noirs
le clair de lune

*

Pas de vent ce soir
le soleil n’a pas envie
de se coucher

*

Poussière d'aurore
un rayon de soleil
trouble la nuit

*

Plus de froid
le soleil a colmaté
la brèche du mur

*

Menu du jour
un rayon de soleil
dans les flaques

*

Soleil de Toussaint
les mêmes regards absents
quand le jour baisse

*

Au bout du chemin
mon ombre trébuche
sur des pervenches bleues

*

Vois-tu se poser
dans un reflet de la route 
le chant d’un oiseau ?

*

L’été hésite
à s’envoler
avec les tourterelles

*

Passant les cols
sans permission
des oies sauvages

*

Comme avant-goût
du paradis sur terre
les fleurs de pommier

*

Chemin d’azur
au bord du ciel s’engage
un chant d’alouette

*

Panneau routier
une araignée fait sa toile
sur le grand virage

*

Par-dessus le mur
une antenne d’escargot
en éclaireur

*

Sur les toits grelotte
la fumée violette
des cheminées

*

Envol du printemps
les toits couvent plein de nids
de cigognes

*

L’école est finie
un coquelicot aussi
prend la clé des champs

*

Dans mon panier d’osier
tout l’or du printemps
les jonquilles

*

À la boutonnière
un parfum de violette
pour toute médaille

*

Maison en ruine
un couple d’hirondelles
en visite

*

En plein vent
les liserons s’embrassent
à toute volée

*

Chemin GR
des sacs à dos bien remplis
d’envie de rêver

*

Raid en montagne
les cols grands ouverts
laissent passer l’été

*

Chemin de Compostelle
un faucon pèlerin partage
ma solitude

*

Chemin faisant
le chant d’un grillon
me fait la causette

*

Rues défoncées
la guerre des tranchées
n’a jamais cessé

*

Coup de foudre 
en chemin le sol se dérobe
sous mes pas

*

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau