Printemps


J’accorde ma voix
au chant des oiseaux
chuchotis printanier


Oiseau marsAquarelle de Jacqueline Giran - Oiseau au printemps

 

 

Les fleurs de pommiers
sur ma tasse en porcelaine
ont le goût du thé

 

Theiere

 Aquarelle de Jacqueline Giran - Heure du thé

 

 

Éclosion nocturne
trop belle pour se cacher
une fleur sur l'eau

 

NenupharAquarelle de Jacqueline Giran - Étang aux nymphéas

 


Un brin de muguet
enbaumant un vieux cahier
le temps retrouvé


Muguet 1Aquarelle de Jacqueline Giran - Parfum de mai



Avis de tempête
sur l'étang noir s'attroupent

les nymphéas roses

 

Ete 1Aquarelle de Jacqueline Giran - Bassin aux nénuphars
 


Saints de glace
grisés par la flamme
du flamenco


FlamencoAquarelle de Jacqueline Giran - Danseurs de flamenco

 


Dans le livre ouvert
un parfum de mimosa
tache mes doigts

 

Panier de mimosasAquarelle de Jacqueline Giran - Panier aux mimosas


 

Bruissement soyeux
les camélias se réveillent
sur mon kimono

 

CameliaAquarelle de Jacqueline Giran - Camélia

 

****

 

Sur le clocher
le coq se charge tout seul
de chasser l’hiver

*

Au soleil d’avril
comme il sonne clair
le chant de la cloche

*

Vent printanier
dans son berceau de feuilles
le petit hameau

*

Soleil et pluie
sur la façade à damiers
jouant aux dominos


*

Lumière de mars
la couleur des ombres flotte
en surimpression

*
Maison à colombages
le grand chêne voisin
la prend sous son aile


*

Les jours rallongent
petit à petit écoute grandir
la lucarne

*
Printemps des poètes
pas de saisons
pour les poètes

*
Les pensées fleurissent
entendez-vous au printemps
la voix des poètes ?

*
Au printemps
le ciel repeint en bleu
les volets

*
Ciel de mars
le feu d'artifice
des perce-neige

*
Séisme au Japon
des mains s’agrippent à l’espoir
de revoir l’été

*
Pluie avec soleil
je range mon parapluie
couleur arc-en-ciel

*
Ciel voilé
la lune aussi
perd son sourire

*
Ciel gris
sous l’arbre de Judée
le ciel devient rose

*
Parc à la française
dans le ciel une hirondelle
trace une arabesque

*
Trêve pascale
des vagues de palombes
passent les crêtes

*
D'un jaune timide
il tourne autour de moi
le soleil

*
Des  regards mouillés
se déclarant leur flamme
sous un parapluie

*

Mes gants en fourrure
prennent leur quartier d'hiver
dans un grenier froid

*

La vie est exquise
quand j'aperçois le ciel bleu
dans l'ombre de tes bras

*

Les mains dans les poches
un jour de bonheur tranquille
seule avec moi-même

*

Un vol saccadé
dans sa robe à pois
la coccinelle

*

Dès l'aube
le ciel trop vide écoute
un chant d'alouette

*

Ciel au plafond bas
pris de fièvre les nuages
les vois-tu monter ?

 

Commentaires (2)

sharivaa
  • 1. sharivaa | 16/04/2014
Bonjour, je suis tombée "amoureuse" du haïku, surtout de l'idée de la poésie dans la magie d'un instant. dans mes recherches, je suis arrivée sur votre site. j'y reviendrai...
Eschylle
Souffle d’air douceur
la main du vent sur la peau
le printemps s’éveille

Ajouter un commentaire